Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

14 août 2000 - La situation en Ethiopie-Erythrée : Intervention de M. Yves Doutriaux, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies, au nom de l’Union Européenne

Madame la Présidente

J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union européenne. Les pays d’Europe centrale et orientale associés à l’Union européenne - Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie - ainsi que les pays associés - Chypre, Malte et Turquie - se rallient à cette déclaration.

Le débat public que vous avez bien voulu organiser, Monsieur le Président, débat ouvert à l’ensemble de membres des Nations unies, est l’occasion d’examiner le récent rapport du Secrétaire général sur l’Ethiopie et l’Erythrée. Je souhaite, au nom de l’Union européenne, faire quatre brèves remarques sur ce rapport.

1/ Les recommandations faites par le Secrétaire général.

L’Union européenne accueille avec satisfaction les recommandations du Secrétaire général concernant l’élargissement de la Mission des Nations unies en Ethiopie et en Erythrée. Les propositions faites sur le mandat de la mission, la structure et le concept de l’opération nous paraissent une bonne base pour mettre en oeuvre le règlement de paix et pour superviser les redéploiements prévus par l’Accord de cessation des hostilités.

2/ Le rôle de l’Ethiopie et de l’Erythrée.

Nous nous félicitons de constater dans le rapport du secrétariat que, je cite, "les parties ont jusqu’à présent fait preuve de la volonté voulue pour donner effet à l’accord de cessation des hostilités". fin de citation. Nous nous réjouissons de ce climat de coopération. Nous appelons l’Ethiopie et l’Erythrée à poursuivre leurs efforts pour réaliser une paix durable. Nous prenons note des pourparlers indirects tenus en juillet à Washington et nous demandons aux deux parties de reprendre leurs discussions le plus tôt possible pour parvenir à un règlement complet et durable du conflit. Nous appelons les parties à continuer de coopérer avec la mission des Nations Unies, en particulier à assurer la liberté de mouvement du personnel des Nations unies chargé du maintien de la paix. Il est également nécessaire, comme le souligne le Secrétaire général, que l’Ethiopie et l’Erythrée communiquent à la Mission des Nations unies toutes les informations dont elles disposent sur les zones où la présence de mines ou de munitions non explosées est connue ou supposée.

3/ La coopération entre les Nations unies et l’Organisation de l’Unité africaine.

L’Union européenne entend apporter son soutien aux mesures prises par l’OUA et les Nations unies, de manière coordonnée, pour mettre en oeuvre le règlement de paix. Je saisis cette occasion pour rendre hommage à l’action du Président Bouteflika et de la délégation de haut niveau de l’OUA qui a permis la conclusion de l’Accord de cessation des hostilités à Alger en juin dernier. L’Union européenne, présente aux pourparlers d’Alger par l’intermédiaire de M. Rino Serri, vice ministre italien aux Affaires étrangères et envoyé personnel de la Présidence de l’Union européenne, exprime son plein soutien aux activités de l’OUA. Elle encourage l’OUA à poursuivre ses efforts pour une prompte reprise des pourparlers entre l’Ethiopie et l’Erythrée. Elle se réjouit de la coopération mise en place entre les Nations unies et l’Organisation africaine.

4/ La situation humanitaire.

Les populations de l’Ethiopie et de l’Erythrée ont été gravement éprouvées par le conflit entre les deux pays. La sécheresse a accru ces difficultés. L’Union européenne s’efforce d’apporter son aide pour faire face à ces graves difficultés. L’Union européenne est particulièrement troublée par le grand nombre de personnes déplacées internes et de réfugiés dans la région. Il est important que la Mission des Nations unies en Ethiopie et en Erythrée établisse et maintienne une coopération proche avec les acteurs humanitaires dans la région.

Le Secrétaire général a proposé ses recommandations pour l’élargissement du mandat et du format de la Mission des Nations unies en Ethiopie et en Erythrée. Nous souhaitons que le Conseil de sécurité se prononce dans les délais les meilleurs sur ces recommandations afin que l’opération de maintien de la paix puisse être mise en place le plus rapidement possible.

Pour sa part, l’Union européenne appuie le déploiement des observateurs internationaux. Elle est également disposée à apporter un soutien à la délimitation et au tracé des frontières, au déminage et à l’action entreprise pour aider les réfugiés et les personnes déplacées./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU