Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 novembre 2001 - Angola : Intervention de M. Charles Josselin, Ministre délégué à la Coopération et à la francophonie

La poursuite du conflit angolais, après 26 ans de guerre civile, constitue un sujet de profonde préoccupation pour la France.

L’avènement d’une paix durable en Angola paraît encore un objectif lointain, les espoirs de résoudre définitivement le conflit n’ayant pas tenu leurs promesses. Je refus de Jonas Savimbi de se conformer au Protocole de Lusaka, signé le 15 novembre 1994, a en effet provoqué le blocage du processus de paix et la reprise des combats depuis la fin de 1998.

Considérant que l’UNITA porte la responsabilité principale de ces échecs, la France souhaite renforcer l’efficacité du système de sanctions contre les rebelles, afin de les contraindre à respecter leurs obligations et à se conformer aux exigences du Protocole de Lusaka. C’est pourquoi la France, en sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité, a appuyé l’adoption et le maintien des sanctions internationales contre les dirigeants de l’UNITA. Elle continue également d’apporter un appui sans faille à l’Instance de surveillance des sanctions contre l’UNITA dont le Conseil de sécurité a décidé de prolonger le mandat. Dans cet esprit, elle plaide pour la création, recommandée par l’Instance de surveillance, d’un mécanisme permanent de surveillance des sanctions ciblées et des trafics de matières premières dans les conflits. Conscients que le trafic de diamants finance l’essentiel de l’effort de guerre de l’UNITA, nous nous associons aux mesures visant à en contrôler efficacement le commerce à l’échelle mondiale.

Même si le Gouvernement est parvenu à affaiblir considérablement les forces de l’UNITA, celle-ci a néanmoins conservé des capacités de guérilla dans l’ensemble du pays. En témoignent les récentes attaques terroristes dirigées contre la population civile, que la communauté internationale a unanimement condamnées. La France, tout comme le Conseil de sécurité, a vigoureusement condamné l’attaque du train perpétrée le 10 août dernier par les forces de l’UNITA, et qui a fait plus de 250 victimes civiles. De tels actes sont inacceptables et ne font que renforcer la détermination de la communauté internationale à augmenter l’efficacité des sanctions édictées contre l’UNITA.

Les conséquences de ce conflit sont dramatiques pour le peuple angolais, dont une grande majorité n’a jamais connu la paix. Les combats et les actes de guérilla sèment la terreur au sein de la population. Les axes de communications sont la cible d’attaques meurtrières. Enfin, la dissémination de plusieurs millions de mines sur le territoire rend les déplacements routiers extrêmement dangereux. Sachez, Monsieur le Ministre De Miranda, que la France s’associe pleinement aux douleurs de votre peuple.

Ce conflit dévastateur n’a que trop duré. C’est pourquoi la France encourage les protagonistes à mettre en oeuvre le Protocole de Lusaka. Ce dernier trace la voie possible vers la paix et la réconciliation nationale. La politique d’ouverture dont témoigne le Gouvernement angolais constitue à cet égard un signe encourageant. Je citerai, entre autres exemples, les mesures prises pour l’amnistie et la réinsertion des anciens combattants et l’annonce d’élections et de réformes institutionnelles, auxquelles la communauté internationale devra apporter, en temps utile, tout l’appui nécessaire. Je salue également les gestes d’ouverture du Gouvernement en direction de Jonas Savimbi, l’invitant régulièrement, sous conditions, au dialogue, et lui demandant de fixer une date pour la cessation des hostilités ou de renoncer solennellement à la guerre.

Au-delà de ces gestes, qui témoignent d’une volonté de faire la paix, il s’agit à présent de concrétiser cette politique de réconciliation nationale. Un retour au dialogue est possible, en particulier grâce à la médiation de la société civile. C’est pourquoi nous incitons vivement le Gouvernement à poursuivre sans relâche ses efforts, en y associant l’ensemble des formations politiques et tous les acteurs de la société civile, dont nous saluons la vigueur. Le rôle des églises doit être notamment encouragé. Mgr Zacarias Kamuenho, archevêque de Lubango et président du Comité interconfessionnel pour la paix en Angola (COIEPA), a ainsi reçu les félicitations du Président Dos Santos et de Jonas Savimbi après avoir été choisi par le Parlement européen pour le prix Sakharov des droits de l’homme.

La France sera heureuse de l’accueillir lors de son prochain passage à Strasbourg. Nous encourageons le Gouvernement à inviter les églises à réamorcer le dialogue avec la rébellion, afin de la convaincre de revenir à la table des négociations, sur la base du Protocole de Lusaka et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, et de déposer les armes. La communauté internationale devra apporter un engagement massif et rapide, afin d’accompagner l’Angola dans le processus de paix et d’aider à la reconstruction du pays.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU