Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

18 janvier 2001 - Contre-terrorisme : Intervention de M. Jean-David Levitte, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

La France s’associe pleinement à l’intervention que va prononcer l’Ambassadeur d’Espagne, au nom des Etats membres de l’Union Européenne. Je souhaiterais cependant faire part au Conseil, à titre national, de certains commentaires sur la mise en oeuvre de la résolution 1373 du Conseil de sécurité, à laquelle la France attache une très grande importance.

L’horreur et l’ampleur des attaques terroristes intervenues le 11 septembre dernier aux Etats Unis ont durablement et profondément marqué la vie et l’action de la Communauté internationale.

L’Organisation des Nations Unies, par son action rapide et déterminée, a su être présente à ce rendez-vous de l’Histoire. Elle sort grandie, plus forte, rassemblée, de cette épreuve.

D’emblée, l’ONU a inscrit son action contre les actes de terrorisme international dans la durée, tout en prenant en compte le caractère global et multiforme de ce fléau.

Par sa résolution 1373 du 28 septembre 2001, l’une des plus importantes de son histoire, notre Conseil s’est résolument engagé pour contribuer à la prévention d’actes qui, tels ceux du 11 septembre, constituent une menace contre la paix et la sécurité internationales. Il n’a pas hésité, dans ce but, à fixer une voie nouvelle et ambitieuse à son action, qui engage désormais chacun des Etats membres de notre Organisation.

La participation de tous à la lutte contre les actes de terrorisme international est, en effet, indispensable si l’on veut progressivement éradiquer ce fléau.

Le rôle de suivi de la mise en oeuvre de la résolution 1373 confié au Comité du contre-terrorisme est fondamental. Il marque concrètement la volonté du Conseil de sécurité d’inscrire son action contre le terrorisme dans la durée. Il répond également au souci du Conseil d’impliquer chacun d’entre nous dans ce combat.

Le comité du contre-terrorisme n’a pas été créé pour punir les Etats, mais au contraire pour coopérer avec eux et , chaque fois que nécessaire, pour les aider à se doter de moyens nationaux, législatifs et administratifs, leur permettant de lutter plus efficacement contre le terrorisme. Ses travaux sont caractérisés par une complète transparence, et son dynamique Président, l’Ambassadeur Jeremy Greenstock, auquel je tiens à rendre hommage, ne ménage aucun effort pour qu’il en soit ainsi.

Plus de 120 Etats ont, à ce jour, adressé au Comité du contre-terrorisme leur rapport national sur la mise en oeuvre de la résolution 1373. C’est un succès remarquable, mais encore insuffisant. Il convient que les Etats qui ne l’ont pas encore fait transmettent dès que possible leur rapport.

L’examen des rapports nationaux par le Comité du contre-terrorisme, avec l’aide des experts indépendants qu’il a recrutés, permettra de dresser un inventaire utile des moyens nationaux mis en place, mais aussi de mieux identifier les besoins, en matière d’assistance, des Etats qui ont la volonté de combattre le terrorisme mais n’en ont pas toujours la capacité.

En ce qui la concerne, la France, à titre national ou en liaison avec ses partenaires de l’Union Européenne comme de la Francophonie, est déterminée à apporter, dans ce domaine, toute son aide aux Etats qui pourraient en avoir besoin./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU