Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

20 août 1999 - Sierra Leone : Intervention de M. Yves Doutriaux, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président, nous sommes très heureux que ce soit sous la présidence de la Namibie que le Conseil soit en mesure d’approuver les opérations de maintien de la paix en Afrique. Déjà le 6 août dernier, sous votre présidence et celle de votre pays, nous avons approuvé une opération de maintien de la paix relative à la République démocratique du Congo. Aujourd’hui, nous allons adopter un projet de résolution sur la Sierra Leone, et nous avons quelques espoirs que, toujours sous votre présidence, d’ici à la fin du mois, il y ait quelques espoirs dans une autre partie de l’Afrique, dans la corne de l’Afrique.

Le projet de résolution dont le Conseil est saisi autorise le déploiement de nouveaux observateurs des Nations Unies en Sierra Leone dans le cadre de la Mission d’observation des Nations Unies en Sierra Leone (MONUSIL). Ce projet de résolution tire les conséquences de la signature de l’Accord de paix de Lomé du 7 juillet dernier, conclu entre le Gouvernement sierra-léonais et les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF). Cet accord donne au peuple sierra-léonais l’occasion tant attendue de mettre fin à un conflit qui déchire ce pays depuis huit ans. Le représentant de la Sierra Leone nous a rappelé toutes les atrocités qui ont été commises contre les populations civiles pendant ce long conflit, notamment il a cité les mutilations dont on été victimes des femmes, des enfants et des hommes.

Ma délégation salue le rôle de tous ceux qui ont oeuvré à la réalisation de cet accord, en particulier la contribution du Représentant spécial du Secrétaire général, du Président du Togo, Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont le pays a accueilli les pourparlers, ainsi que les Présidents du Nigéria, du Burkina Faso et du Libéria. Nous saluons également le rôle joué par l’ECOMOG.

La France exprime sa satisfaction pour ce pas décisif en faveur de la paix et appelle le Gouvernement sierra-léonais et les dirigeants du RUF à travailler ensemble pour que les dispositions de l’Accord soient pleinement mises en oeuvre. Nous sommes effectivement conscients des difficultés auxquelles les parties à cet accord vont être confrontées dans leur oeuvre de réconciliation.

Les Africains ont su par eux-mêmes, et par le canal également de leurs organisations régionales, mettre fin à une guerre atroce et rétablir la paix. Ils ont demandé le soutien de l’Organisation des Nations Unies et du Conseil de sécurité. L’ONU doit répondre à cette demande conformément à ses responsabilités en matière de maintien de la paix. C’est l’objet du projet de résolution que nous sommes invités à adopter.

Pour nous, il ne doit pas y avoir deux poids deux mesures de la part de l’ONU en matière de maintien de la paix dans le monde. En conséquence, notre délégation votera en faveur de ce premier projet de résolution, qui sera suivi d’autres. La France entend apporter sa contribution à l’accroissement des effectifs de la MONUSIL et est prête à mettre à la disposition de cette force plusieurs observateurs militaires./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU