Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

20 mai 2002 - Timor-Est : Intervention de M. Jean-David Levitte, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

L’ambassadeur d’Espagne a prononcé une intervention au nom de l’Union européenne. La France s’y rallie pleinement. Mes remarques seront donc brèves.

Vous l’avez dit, le moment est exceptionnel. Il est historique. Nous sommes réunis pour célébrer la première indépendance de ce siècle. Quel chemin parcouru en deux ans et demi ! Longtemps opprimée, hier meutrie par les événements tragiques de septembre 1999, la nation timoraise est aujourd’hui victorieuse et souveraine, réconciliée avec elle-même et en paix avec ses voisins. Elle prend enfin en main son destin. Et demain, le plus tôt possible, la République démocratique de Timor-Est nous rejoindra : la famille des Nations Unies s’enrichira d’un 190ème membre.

Cette indépendance, tant désirée, tant attendue, le peuple timorais l’a conquise lui-même. Par son courage. Par son extraordinaire maturité politique. Par les qualités éminentes de ses dirigeants. Ceux-là même que notre Conseil connaît si bien : Xanana Gusmao, Xavier Ramos-Horta, Mari Alkatiri notamment. La France leur rend hommage. Ces hommes ont fait l’histoire. Ils continuent de la faire. Il faut aussi saluer le rôle de l’Indonésie dans cette période décisive. La présence à Dili de la Présidente, Mme Megawati Sukarnoputri, témoigne de la volonté indonésienne d’engager avec le nouvel état des relations de coopération constructives et apaisées.

Au moment où nous parlons, les célébrations s’achèvent, à Dili et sur tout le territoire du nouvel Etat. Partout, et avec une remarquable unanimité, le peuple timorais a laissé éclater sa liesse. Sa reconnaissance aussi : pour le travail impressionnant accompli par l’ATNUTO, sous la conduite éclairée de Sergio Vieira de Mello. Parfois les Nations Unies font jouer leurs bons offices, parfois elles protègent, parfois elles développent, parfois encore elles administrent. Rarement toutes ces tâches sont menées de front par les Nations Unies. Jamais en tous cas elles ne l’ont été avec un tel succès.

Le soutien des Nations Unies ne sera pas retiré aux Timorais. Leur rôle sera seulement adapté. Ce sera la mission de M. Kamalesh Sharma, que nous connaissons bien et en qui nous avons toute confiance. Il s’agira encore moins que par le passé de se substituer aux autorités timoraises. Il faudra davantage encore les accompagner. D’autres acteurs verront leur rôle croître : les donateurs bilatéraux et multilatéraux, mais aussi les organisations régionales que Timor-est va rejoindre.

C’est donc en toute confiance que les Timorais peuvent travailler aux grandes priorités du pays : la réconciliation nationale, le développement économique, l’intégration du pays dans son environnement régional et international,. Tous les vœux les plus chaleureux de la France vont vers eux, une France qui continuera de leur apporter son plein soutien./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU