Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

23 avril 2003 - Kosovo : Intervention de M. Jean-Marc de la Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Notre objectif commun est que les progrès se poursuivent pour parvenir à un Kosovo démocratique et multiethnique, et facteur de stabilité dans la région. A cet égard, tout en adhérant au discours que la Présidence de l’Union européenne prononcera dans quelques instants, je voudrais insister sur trois points :

- Premièrement, le fonctionnement des institutions provisoires doit s’améliorer de façon significative. Le Secrétaire général a relevé dans son rapport plusieurs domaines de progrès. Nous partageons son analyse. Notre exigence est d’autant plus forte que de nouvelles responsabilités sont sur le point d’être transférées, par étapes, à ces autorités, en application de la résolution 1244 et du cadre constitutionnel. La contribution de l’ensemble des communautés à ce processus d’autonomie provisoire est nécessaire. Dans ce contexte, nous soutenons la demande du Représentant spécial du Secrétaire général visant à obtenir d’ici la fin du mois que l’Assemblée locale mette quatre projets de loi en conformité avec les textes de référence.

- Deuxièmement, l’autorité du Représentant spécial du Secrétaire général et celle de la MINUK doivent être respectées. Toutes les communautés et tous les partis politiques ont une responsabilité en la matière et doivent œuvrer de bonne foi dans ce but. Leur soutien à l’action déterminée de la MINUK et de la KFOR dans la promotion de l’Etat de droit est dans leur intérêt premier. Nous appuyons les initiatives de M. Steiner pour promouvoir un dialogue direct entre les institutions provisoires et Belgrade sur les sujets pratiques d’intérêt commun. Nous réaffirmons notre soutien au principe des " normes avant le statut ", que les institutions autonomes doivent mettre en œuvre avec l’aide de la MINUK. Les normes s’imposent d’elles-mêmes pour la bonne gouvernance et la modernisation du Kosovo. Il faut continuer à s’atteler aux questions concrètes et respectables de multiethnicité, de démocratisation, de libre circulation qui touchent la vie quotidienne des habitants du Kosovo.

- Troisièmement, un terme doit être mis à toutes les violences. Quelque soient leurs origines ou leurs motivations - criminelles, politiques ou ethniques, elles sont inacceptables et incompatibles avec l’édification d’un Kosovo démocratique, multiethnique et moderne. Elles nuisent à la stabilisation du Kosovo et de la région dans son ensemble. A cet égard, nous sommes préoccupés par des incidents survenus au cours des derniers jours et nous endossons la condamnation faite par le Représentant spécial du Secrétaire général. Toutes les communautés doivent dénoncer ces agissements, et redoubler d’efforts pour que s’approfondissent le dialogue politique et le processus de réconciliation.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU