Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

24 septembre 1999 - Les armes légères : Intervention de M. Charles Josselin

Monsieur le Président, je voudrais tout d’abord vous remercier pour l’occasion que vous offrez au Conseil de sécurité d’évoquer la délicate question de l’accumulation et de la diffusion des armes légères et de petit calibre dans le monde. Je voudrais aussi dire au Secrétaire général tout l’intérêt qu’a suscité l’intervention qu’il vient de prononcer.

Depuis quelque temps, le Conseil de sécurité a, dans l’exercice de ses responsabilités pour la paix et la sécurité internationales, pris la mesure de ce phénomène lié très largement à un changement de nature des conflits qui déchirent de nombreux pays. Plus qu’à des conflits interéta-tiques opposant des armées régulières, lesquels existent encore mais ne constituent plus qu’une petite proportion des conflits actuels, on assiste aujourd’hui à la multiplication des conflits internes où s’affrontent des groupes armés plus ou moins structurés, plus ou moins commandés, où la distinction entre combattants et civils s’estompe, où les actions de guérilla remplacent les combats frontaux. Ce type de conflits est le domaine de prédilection des armes légères et de petit calibre adaptées au terrain et aux actions menées, facilement transportables, dissémina-bles et dissi-mulables. Force est de constater que, depuis plusieurs décennies, les petites armes ont paradoxalement — surtout si on y inclut les mines antipersonnel — fait beaucoup plus de victimes, civiles et militaires, que les armes dites de destruction massive.

Ce nouveau défi nécessite une approche à la fois pluridimensionnelle et intégrée. Il n’y a pas de solution globale et unique. Il faut agir dans de nombreux domaines — le désarmement, le maintien et la consolidation de la paix, la lutte contre les grandes organisations criminelles, la responsabilisation des Etats producteurs et des Etats utilisateurs — et cela à tous les niveaux : mondial, régional et national.

Je distinguerai plusieurs modes d’action, allant de la prévention à la consolidation de la paix après les conflits. Le premier concerne la recherche d’un meilleur contrôle des transferts légaux des armes légères et de petit calibre, associé au développement de la coopération internationale en matière de lutte contre les trafics illicites. Il faut tout d’abord assurer un respect scrupuleux des embargos sur les armes décidés par le Conseil de sécurité non seulement pour faire pression sur les belligérants mais aussi pour tenter d’assécher le flux d’armes qui vient entretenir les conflits.

En second lieu, le renforcement des cadres législatifs et réglementaires nationaux en matière de transferts d’armes légères et de petit calibre doit retenir toute notre attention. La prise en considération par les Etats de leurs responsabilités et de leurs devoirs en cette matière permettra d’obtenir un meilleur contrôle de tous les trans-ferts légaux et une application plus rigoureuse des embargos sur les armes.

C’est ensuite l’adoption de codes de conduite régio-naux ou de moratoires volontaires sur ces transferts — et je songe à celui qu’ont récemment décidé les membres de la CEDEAO — qui pourraient inciter les Etats à faire preuve d’une plus grande retenue en la matière et permettre une certaine moralisation. L’Union européenne, pour sa part, a adopté en décembre 1998 une action commune relative à sa contribution à la lutte contre l’accumulation et la diffusion déstabilisatrices des armes légères et de petit calibre. D’autre part, l’Union européenne a adopté un code de conduite sur les exportations d’armes qui permet de conditionner la délivrance d’autorisations d’exportation au respect de critères relatifs aux droits de l’homme.

Enfin, la conclusion du protocole contre la fabrication et le commerce illicite des armes à feu, munitions et autres matériels connexes, additionnel à la future convention des Nations Unies contre la criminalité organisée transnationale, devrait nous permettre de disposer d’un instrument adapté à la lutte contre une forme particulièrement inquiétante de criminalité.

Mais il faut aller plus loin. La tenue, au plus tard en 2001, sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies, d’une conférence internationale sur le commerce illicite des armes légères et de petit calibre, sous tous ses aspects, que la Suisse se propose d’organiser à Genève, nous en offrira l’occasion. La France souhaite apporter une contribution importante à ces travaux. Elle réfléchit dès aujourd’hui à l’élaboration d’une convention internationale, aux effets juridiquement contraignants, relative à un des aspects particuliers de la question, le marquage des armes légères et de petit calibre. Une telle disposition nous mettrait en mesure de mieux cerner la production et la circulation des petites armes, d’assurer de meilleures conditions de sécurité dans la gestion des stocks et de remonter les filières empruntées par les trafics.

Deuxièmement, la gestion des situations d’après conflit constitue un autre volet de la lutte contre les effets de l’accumulation et de la diffusion déstabilisatrices de petites armes. Cela veut dire concrètement plusieurs choses : d’abord, collecter les armes souvent conservées par les ex-combattants et disséminées dans la population civile, les neutraliser et, de préférence, les détruire pour éviter qu’elles ne retombent entre les mains de factions combattantes comme on l’a malheureusement vu récemment. De tels programmes doivent être systématiquement prévus dans des accords de paix mettant fin à des conflits internes et inclus dans les mandats d’opérations de maintien de la paix.

Ces actions de collecte des armes doivent aller de pair avec la démobilisation des ex-combattants et leur réinsertion dans la vie civile.

J’ajouterai qu’il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que ces opérations bénéficient des moyens humains, techniques et financiers adéquats.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU