Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

29 juillet 1999 - Angola : Intervention de M. Alain Dejammet, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président, je voudrais vous remercier d’avoir organisé cette réunion et me joindre à tous ceux qui ont déjà exprimé leurs félicitations et leurs encouragements à l’Ambassadeur Fowler pour les initiatives tout à fait opportunes qu’il a prises cette année.

De manière très générale, je crois d’ailleurs que ce qu’il a fait, c’est-à-dire entreprendre un déplacement dans les régions concernées par la mise en oeuvre d’un régime de sanctions, est une initiative tout à fait raisonnable. Dans le passé déjà, un membre du Conseil, Président du Comité des sanctions sur la Sierra Leone, l’Ambassadeur de Suède, avait eu la même idée mais je crois qu’il s’agit là d’une expérience extrêmement utile et il serait souhaitable que d’autres présidents de comités des sanctions suivent l’exemple de l’Ambassadeur Fowler. Cela permet d’avoir non seulement une vue beaucoup plus réaliste de la manière dont un régime de sanctions est appliqué, de l’impact de celui-ci dans la région concernée également, et ceci permet de nourrir de façon plus concrète — et espérons-le plus positive — le travail du Conseil de sécurité.Donc, je ne puis encore une fois que souligner que les initiatives dans ce domaine du Président du Comité des sanctions étaient tout à fait bienvenues.

Je suis également d’accord avec le souci qu’a l’Ambassadeur Fowler de rappeler les faits et de rappeler régulièrement aux membres du Conseil de sécurité l’étendue du désastre humanitaire que cette guerre en Angola provoque. Il faut avoir ces chiffres à l’esprit, il faut avoir leur ampleur vraiment tout à fait présente dans nos mémoires lorsque nous comparons le travail du Conseil de sécurité sur ce dossier avec celui sur d’autres crises européennes en particulier.

Je crois aussi qu’il faut s’associer à la philosophie même qui est exposée par l’Ambassadeur Fowler lorsqu’il nous dit que si l’on souhaite reconstituer les moyens d’atteindre une paix raisonnable, il faut diminuer, si l’on veut ne pas exclure toute possibilité de discussion, il faut, ceci étant, diminuer la machine de guerre de l’Uni



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU