Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

26 mars 2014 - Conseil de sécurité - Sierra Leone - Intervention de M. Philippe Bertoux, conseiller politique de la Mission de la France auprès des Nations unies

Madame la Présidente,

Permettez-moi tout d’abord de remercier le Représentant Exécutif du Secrétaire général des Nations unies, M. Toyberg-Frandzen, pour sa présentation. Je tiens aussi à saluer l’intervention du Président de la configuration Sierra Leone de la commission de consolidation de la paix, l’Ambassadeur Rishchynski, ainsi que la présence parmi nous du Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale de Sierra Leone.

Je voudrais, au nom de la France, saluer ce qui est aujourd’hui un moment historique pour la Sierra Leone, et en particulier évoquer trois aspects de la situation dans ce pays.

Depuis la signature de l’accord général de paix en 2002, la Sierra Leone a accompli un chemin exemplaire.

La fermeture du Bureau des Nations unies au Sierra Leone est la conclusion heureuse de 15 années d’action des Nations unies dans ce pays. Ce succès est en premier lieu celui des Sierra-Léonais eux-mêmes, dont la résilience et la détermination à reconstruire leur pays après la crise force l’admiration. C’est aussi un exemple réussi du rôle des Nations unies en matière de stabilisation.

Le pays a connu depuis cette date trois élections pacifiques, la situation politique est stable. La croissance économique devrait continuer de progresser grâce à la volonté du gouvernement d’améliorer le climat des affaires et de procéder à des investissements clés. La Sierra Leone a donc fait d’admirables progrès sur tous les plans.

Les Nations unies ont contribué à cette évolution positive, en accompagnant les autorités sierra-léonaises à chaque étape. Je tiens à saluer le déroulement maîtrisé et ordonné de la transition, en particulier grâce au remarquable travail de l’équipe des Nations unies sous la coordination de M. Toyberg-Frandzen. Des leçons doivent être tirées de ce succès : lorsque la situation le permet, il est sain que les Nations unies laissent un État prendre pleinement son destin en main.

Madame la Présidente,

Des défis demeurent cependant en Sierra Leone.

La réforme constitutionnelle en cours est une étape historique pour s’attaquer aux causes profondes des conflits dans le pays. Les efforts du Président Koroma pour promouvoir le dialogue politique doivent se concrétiser. Tous les segments de la société doivent se parler et travailler ensemble.

Les élections générales de 2017/2018 seront un véritable test démocratique. Nous serons vigilants quant à leur bon déroulement.

La gouvernance du secteur des ressources naturelles peut malheureusement encore être une source de conflit entre communautés. La lutte contre la corruption doit donc continuer à être une priorité pour le gouvernement. L’équipe pays des Nations unies devra s’attacher à le rappeler.

Enfin Madame la Présidente,

La fermeture du Bureau des Nations unies n’empêchera pas la communauté internationale de demeurer attentive à l’évolution de la Sierra Leone dans les années à venir.

Je me félicite à cet égard du projet de déclaration Présidentielle du Conseil de Sécurité que nous nous apprêtons à adopter. Le Conseil y appelle la communauté internationale à maintenir dans la durée son engagement pour la consolidation de la paix et le développement en Sierra Léone.

L’Union Européenne est engagée dans le pays, de même que le PNUD, l’UNICEF, l’ONUDC ou l’OMS, parmi d’autres acteurs.

Je note également que la Commission de Consolidation de la Paix propose de poursuivre son travail en Sierra Leone de manière allégée. Elle pourra ainsi apporter son appui à l’agenda pour la prospérité promu par les autorités du de la Sierra Léone.

Je vous remercie.

En savoir plus sur la Sierra Leone.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU