Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

28 mai 2014 - Conseil de sécurité - Ukraine - Intervention de M. Alexis Lamek, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

Je remercie moi aussi M. Feltman pour la présentation qu’il vient de nous faire.

La crise en Ukraine vient de connaître un tournant avec l’élection de M. Porochenko à la présidence de la République. Le dimanche 25 mai, le peuple d’Ukraine a enfin pu s’exprimer, au travers d’élections libres et transparentes, et ce malgré les violences perpétrées par les groupes armés séparatistes dans les régions de Donetsk et de Lougansk, à l’est du pays.

Un résultat clair, dès le premier tour, est rapidement apparu. Nous saluons la victoire de M. Porochenko. Nous sommes pleinement disposés à travailler avec lui. Cette élection, dès le premier tour et bénéficiant d’une forte participation, nous confirme l’aspiration à l’unité d’une majorité d’Ukrainiens.

Je souhaite revenir brièvement sur ces élections. Elles ont d’abord été libres, dans la mesure où cette élection ne comptait pas moins de vingt et un candidats enregistrés. Ce nombre traduit la vaste pluralité des projets politiques sur lesquels tous les Ukrainiens ont été invités à se prononcer pour construire leur destin dimanche dernier. Pas de candidat unique, pas de résultat imposé.

Ces élections, ensuite, ont été transparentes, puisque 2784 observateurs internationaux ont été accrédités pour s’assurer de leur bon déroulement. L’OSCE, hier, a déjà fait savoir que cette élection avait respecté les standards démocratiques. Le Président élu est ainsi pleinement légitime. Nous étudierons avec attention les résultats de la Commission électorale centrale et l’évaluation qui sera faite par le bureau des institutions démocratiques et des droits de l’Homme de l’OSCE sur la tenue de ces élections.

Au passage, je note que ces résultats confirment aussi, s’il en était besoin, à quel point la propagande dénonçant le poids des fascistes en Ukraine était sans fondement. A eux deux, les deux partis d’extrême droite recueillent moins de 3% des voix.

Monsieur le Président,

Ces élections sont donc une bonne nouvelle car leur organisation avait à maintes reprises été mise en péril. Mais nous devons nous souvenir qu’elles se sont déroulées dans un contexte sécuritaire particulièrement difficile. La situation dans le Donbass reste en effet très préoccupante.

Les violations des droits de l’Homme et les entraves à la liberté des médias augmentent. Deux journalistes ont encore été tués samedi dernier. Quatre observateurs de l’OSCE ont été enlevés à Donetsk et sont toujours détenus. Ils doivent être libérés immédiatement.

L’aéroport de Donetsk a été occupé par les groupes armés séparatistes, avant d’avoir été repris par les forces ukrainiennes. Les groupes armés séparatistes doivent cesser immédiatement leurs activités et nous appelons tous ceux qui ont une influence sur eux à en user pour permettre un retour au calme.

Enfin, nous n’oublions pas que la Crimée reste occupée.

Monsieur le Président,

Dans ce contexte tendu, les élections de dimanche représentent néanmoins une opportunité. M. Porochenko qui prendra les rênes de l’Ukraine au début du mois de juin aura trois priorités : le retour au calme, la mise en place d’un gouvernement inclusif et les réformes. Ces trois priorités doivent s’appuyer sur un dialogue national, qui doit se prolonger et s’approfondir.

Aujourd’hui, pour l’Ukraine, il n’y a en effet pas d’autre chemin à suivre que celui de l’unité et de la réconciliation. Dans ce contexte, nous espérons que M. Porochenko travaillera à consolider l’unité de son pays en poursuivant le processus de dialogue national ukrainien lancé avec l’appui de l’OSCE le 14 mai dernier, et accompagnant la mise en œuvre du « Mémorandum pour la paix et la concorde » adopté par la Rada le 20 mai dernier.

Ces initiatives, qui prévoient une réforme constitutionnelle inclusive pour la décentralisation et la garantie du statut de la langue russe, vont dans le bon sens.

Ce processus doit être mené avant tout par l’Ukraine elle-même, avec le soutien de l’OSCE. L’Union européenne se tient prête à la soutenir dans ses efforts, comme l’ont rappelé les chefs d’État dans leur déclaration lors du Conseil européen d’hier.

Mais il appartient à l’ensemble de la communauté internationale d’accompagner utilement l’Ukraine dans l’écriture des prochaines pages de son destin.

Je vous remercie.


En savoir plus sur l’Ukraine.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU