Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

30 avril 2010 - Conseil de sécurité - Renouvellement de la MINURSO - Explication de vote : Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

Cette résolution souligne la priorité donnée par la communauté internationale au processus politique sur le Sahara Occidental.

Cette résolution indique clairement que le statu quo n’est pas acceptable sur le long terme. Nous appelons toutes les parties à faire preuve de davantage de volonté politique pour parvenir à une solution qui soit juste, durable et mutuellement acceptable. A cet égard, ma délégation veut rappeler l’importance de la proposition d’autonomie avancée par le Royaume du Maroc en 2007 qui a permis de relancer les négociations et qui, à nos yeux, forme une base de négociation crédible, ouverte, constructive et respectueuse du principe d’autodétermination. Cette proposition mérite donc un examen attentif des différentes parties.

Cette année, l’envoyé personnel du Secrétaire Général a pu tenir deux sessions de négociations informelles et réaliser deux voyages dans la région. Les fils du dialogue ont été patiemment renoués. Le processus est lent certes, mais il avance. Nous saluons le talent avec lequel Christopher Ross a progressé pas à pas. Nous sommes confiants en sa capacité à aller de l’avant, avec notre plein soutien. Mais il ne pourra rien faire sans un plein engagement des parties qui doivent participer sérieusement aux négociations, faire preuve de réalisme et d’esprit de compromis, et s’abstenir de toute provocation.

Le règlement de ce dossier est une nécessité pour la population du Sahara occidental, et aussi pour la stabilité, la sécurité et l’intégration de la région du Maghreb.

Cette résolution adresse aussi un message essentiel sur les mesures de confiance, et je pense en particulier aux visites familiales. Les visites par voie aérienne arrêtées depuis mars doivent reprendre et les visites par voie terrestre doivent être lancées dès que possible. Il n’est pas admissible que les populations civiles soient prises en otage de considérations politiques. Tout doit être fait pour soulager leurs difficultés quotidiennes et nous saluons le rôle joué par le HCR à cet égard. Nous marquons notre appui à toutes les mesures qui seront prises par ailleurs, sur le plan politique et humanitaire, en accord avec les parties, pour favoriser la confiance mutuelle.

Pour finir, ma délégation voudrait soulever un point particulier pour rappeler l’importance que le Conseil soit en mesure d’assurer, dans la ligne de l’initiative lancée conjointement avec le Royaume Uni, un meilleur suivi financier de l’ensemble des opérations de maintien de la paix, dont la Minurso. Ceci implique que les rapports du Secrétaire général publiés avant le renouvellement des mandats contiennent des estimations financières des recommandations qui y sont faites. Nous notons par ailleurs que le budget de la MINURSO a fortement augmenté depuis deux ans alors même que le mandat de la mission et le format de la Mission n’ont pas substantiellement changé. Nous espérons que les discussions qui auront lieu en 5ème Commission permettront d’apporter une justification convaincante sur la solidité des hypothèses retenues pour le budget 2010/2011.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU