Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 février 2012 - Conseil de sécurité - OSCE
Intervention de M. Emmanuel Bonne, conseiller politique à la représentation permanente de la France auprès des Nations Unies

Monsieur le Président,

Permettez-moi de saluer à mon tour la présence à notre Conseil aujourd’hui du Président en exercice de l’OSCE, M. Eamon Gilmore, vice premier ministre et ministre des Affaires étrangères et du Commerce de l’Irlande. Comme ses partenaires européens, la France partage la vision qu’il a exposée et sa volonté de concentrer ses efforts sur un nombre restreint de priorités bien identifiées en vue du Conseil Ministériel de Dublin en décembre 2012.

L’OSCE est un modèle unique de coopération, fondée sur la conviction que la sécurité du continent européen doit aller de pair avec la promotion des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’Etat de droit.

Lors du sommet d’Astana en 2010, les Etats membres ont pris des engagements importants et ont réaffirmé leurs objectifs communs en matière de sécurité régionale, de développement économique et humain et de respect des droits de l’Homme. Les menaces aux libertés fondamentales et aux droits de l’Homme sont une réalité qui nous préoccupe et nous mobilise. A cet égard, les révolutions dans les pays arabes sont venues nous rappeler l’universalité de ces principes, et il faut veiller à ce que ces valeurs ne soient pas remises en cause en Europe aussi.

Dans cette perspective, nous soutenons le choix de la présidence irlandaise de mettre l’accent sur la Dimension Humaine et sa la volonté d’ériger en priorité le respect des engagements pris dans le domaine des droits de l’Homme, en particulier le respect des libertés fondamentales sur Internet. La liberté d’expression et la liberté des médias sont des défis qui mobilisent également les Nations Unies. A cet égard, des synergies fécondes peuvent certainement être trouvées entre les deux organisations.

Nous faisons confiance à la Présidence pour ne pas délaisser les autres dimensions couvertes par l’OSCE.

En effet, de l’Asie centrale à l’Afghanistan, en passant par les Balkans, l’OSCE a démontré qu’elle jouait un rôle essentiel dans la résolution des conflits et la promotion de la paix dans la région. Elle a ainsi montré sa capacité à agir de concert avec d’autres organisations régionales, comme au Kirghizstan avec l’ONU et l’UE. De ce point de vue, la décision prise à Vilnius de renforcer les capacités de l’OSCE dans le domaine de la prévention des conflits constitue une avancée qu’il nous appartient de confirmer.

Encouragés par la reprise des pourparlers en format 5+2 sur la Transnistrie, nous restons engagés dans l’effort collectif visant à la résolution du conflit autour du Haut Karabakh, en tant que co-président du Groupe de Minsk. En 2008, la crise géorgienne a également montré que la guerre entre deux Etats participants à l’OSCE était possible. Aussi, la France soutient les pourparlers de Genève, qui sont un autre bon exemple de coopération entre organisations internationales au service de la paix.

S’agissant de la dimension politico-militaire, des progrès significatifs sont attendus dans la mise en œuvre d’une communauté de sécurité, telle que formulée au sommet d’Astana. Dans cette optique, il est important que la modernisation du Document de Vienne se poursuive. En tant qu’Etat membre de l’OSCE, La France est prête à engager une réflexion sur ces questions et à en débattre avec les autres Etats lors de la réunion annuelle sur les questions de sécurité de juin 2012. Nous attendons également que l’OSCE reste engagée dans la lutte contre les menaces transnationales, et plus particulièrement dans les domaines de la traite des êtres humains, de la lutte contre la criminalité organisée, le blanchiment d’argent et la corruption.

Enfin, dans une perspective de plus long terme, je tiens ici à rappeler qu’à l’occasion du Conseil ministériel de l’OSCE de Vilnius, le 7 décembre dernier, la France a annoncé le lancement d’une initiative consistant en la mise en réseau d’instituts de recherche français, allemand, polonais et russe, pour organiser au cours du premier semestre 2012 quatre séminaires prospectifs sur la mise en œuvre d’une "communauté de sécurité" euro-atlantique et eurasiatique. Le second de ces séminaires se tiendra à Paris au mois d’avril.

Monsieur le président,

Je remercie une nouvelle fois le vice premier ministre et ministre des Affaires étrangères et du Commerce de l’Irlande pour sa participation à cette réunion et l’assure encore de notre entier soutien tout au long de sa présidence. Nous comptons sur lui pour développer les liens entre l’OSCE et l’ONU dans un sens conforme à nos objectifs communs de paix, de stabilité, de sécurité dans le respect des droits de l’Homme.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU