Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Glossaire onusien à l’usage des néophytes



38ème étage : dans le bâtiment principal du siège des Nations Unies à New York, le 38ème étage était occupé (avant les travaux actuels) par le bureau du Secrétaire général et de son cabinet. Lorsqu’on entend " cela vient du 38ème étage ", on comprend par métonymie que cela émane du bureau du Secrétaire général.

JPEG - 52 ko
Bâtiment principal des Nations Unies à New York - UN Photo/Mark Garten


3G (Global Governance Group) : Créé en 2009 à l’initiative de Singapour en réponse à la structuration du G20 au niveau des Chefs d’Etat, le 3G réunit 28 Etats non membres du G20. Il vise à faire entendre, à travers un dialogue constructif, la position des Etats non membres du G20 dans le processus décisionnel du G20. Il prône un G20 " plus consultatif, plus ouvert et plus transparent ", notamment à travers une concertation dans le cadre de l’ONU.

Absent  : Se dit d’une délégation qui ne participe pas au vote. Elle peut être présente dans la salle, mais n’avoir pas le droit de voter ou bien faire le choix de ne pas user de ce droit.

Acclamation  : Procédure par laquelle une conférence adopte une proposition sans vote, toutes les délégations ayant indiqué y souscrire, par exemple en applaudissant.


ALBA (Alternative -Alliance depuis 2009- Bolivarienne pour les peuples de notre Amérique) : L’ALBA a été créée en décembre 2004 sous l’impulsion du Venezuela et de Cuba pour faire contrepoids au modèle économique proposé par la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA). Elle vise à promouvoir la coopération entre les pays socialistes de l’Amérique latine et des Caraïbes dans les domaines politique, social et économique et pose l’Etat en moteur de développement économique et régulateur des marchés. Neuf pays sont membres de l’ALBA : Venezuela, Cuba, Bolivie, Nicaragua, Honduras, Dominique, Equateur, Antigua-et-Barbuda, St-Vincent-et-les-Grenadines. Les pays membres de l’ALBA se coordonnent régulièrement aux Nations Unies sur les questions économiques et de développement.

Amendement : Changement à apporter à un texte (projet de résolution ou de décision, ou autre projet) en cours de discussion ou de négociation, formellement proposé par une partie autre que le ou les auteur(s) du texte initial.

AOSIS : Alliance des petits Etats insulaires. Groupe de discussion de 43 petits Etats insulaires et Etats côtiers de faible altitude qui intervient lors des négociations sur les changements climatiques et certaines autres conférences au sein du système des Nations Unies.www.sidsnet.org/aosis(sigle anglais)

Arria (ou " formule Arria ") : lors des sessions et consultations du Conseil de sécurité, l’habitude veut que seuls les délégations, représentants des gouvernements et fonctionnaires des Nations Unies puissent s’exprimer. En 1992, lors de la crise en ex-Yougoslavie, l’ambassadeur du Venezuela Diego Arria avait contourné la difficulté en invitant les membres du Conseil de sécurité autour d’un café dans le Salon des délégués afin d’écouter le témoignage d’un prêtre bosniaque. Cette pratique s’est depuis généralisée : la " formule Arria " permet aux membres du Conseil de sécurité d’entendre, lors de rencontres informelles en dehors de sa salle, des personnes dont l’expertise paraît susceptible d’éclairer le Conseil dans les affaires qui l’occupent.

Burden-sharer (ou " partageur de fardeau ") : désigne la délégation qui prend en charge, à l’Assemblée générale, la négociation d’un texte au nom de l’Union européenne lorsque cette délégation n’est ni la délégation de l’UE ni la délégation du pays qui a la présidence de l’UE.

C34 (ou Comité spécial des opérations de maintien de la paix) : est un comité de l’Assemblée générale établi en 1965 qui a pour mandat d’entreprendre chaque année une étude d’ensemble de la question des opérations de maintien de la paix.

Chapitre VII : le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, intitulé " Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression ", permet au Conseil de sécurité d’imposer des mesures coercitives (sanctions, recours à la force), en cas d’échec du chapitre VI (qui traite du "règlement pacifique des différends"). Il est la clef de voûte du système de sécurité collective. On parle d’une " résolution sous chapitre VII ".

Co-parrain (ou co-auteur ou co-sponsor) : Les co-parrains sont les Etats membres qui s’engagent par leur parrainage à voter en faveur d’une résolution. Leurs noms figurent en tête du texte.

Comité de l’information : Comité chargé dans le cadre de l’Assemblée générale des questions concernant les politiques et activités de l’Organisation des Nations Unies dans le domaine de l’information. www.un.org/french/ga/coi


Comité de sanctions : organe subsidiaire du Conseil de sécurité créé par celui-ci en vertu d’une résolution qui fixe ses objectifs et son mode de fonctionnement. Chaque comité est composé de tous les membres du Conseil de sécurité et présidé par le représentant permanent d’un membre non-permanent du Conseil de sécurité choisi par consensus. Un comité de sanctions porte le nom de la résolution qui l’a créé (ex : comité 1737 sur l’Iran, comité 1970 sur la Libye). Les comités de sanctions sont parfois assistés d’un panel d’expert (ex : le comité 1737, ou le comité 1718 sur la Corée du Nord). Les sanctions peuvent prendre la forme de sanctions économiques et commerciales générales ou de mesures plus ciblées (embargos sur les armes, interdictions de déplacement, gel des avoirs).

Commissions de l’AG : En raison du nombre important de questions qu’elle doit traiter, l’Assemblée générale des Nations Unies a réparti les points inscrits à son ordre du jour entre six grandes commissions. Les résolutions adoptées en commissions sont ensuite adoptées en séance plénière.

— La première Commission traite des questions de désarmement et de sécurité internationale.

— La deuxième Commission traite des questions économiques et financières.

— La troisième Commission traite des questions sociales, humanitaires et culturelles.

— La quatrième Commission dite " Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation " traite de tous les sujets qui ne relèvent pas des autres commissions.

— La cinquième Commission traite des questions administratives et budgétaires.

— La sixième Commission traite des questions juridiques.

Commission de consolidation de la paix des Nations Unies : Organe consultatif subsidiaire intergouvernemental du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies, créé en 2005. Elle a pour objectif d’institutionnaliser et de systématiser les liens entre le maintien de la paix, les opérations d’après-conflit et le réseau international d’assistance et de mobilisation des donateurs. Pour en savoir plus sur la consolidation de la paix


Consensus : On dit qu’un texte est adopté par consensus lorsque que l’ensemble des membres de l’organe chargé de prendre la décision donnent leur accord tacite. Il n’y a donc pas de recours au vote. On distingue ainsi le consensus de l’unanimité qui est un accord explicite, lors d’un vote, de tous les votants. En résumé : un consensus est obtenu sans vote lorsque personne ne s’oppose à une décision et une unanimité lorsque tout le monde l’approuve par un vote.

Conseil de sécurité : les types de réunions

Débat public : Un débat public, par opposition à une session privée, est un débat qui est diffusé en direct sur le site des Nations Unies, par le biais de UNWebcast, UN TV puis sous la forme de verbatim.

Session privée : Le débat n’est pas ouvert au public. Le verbatim de la réunion est conservé uniquement par le Secrétariat des Nations Unies et n’a pas vocation à être diffusé.

Débat ouvert (ou session ouverte) : Un débat ouvert du Conseil de sécurité est un débat où des Etats non membres du Conseil ou des observateurs peuvent participer.

Débat fermé : Le débat est réservé aux seuls Etats membres du Conseil et, le cas échéant, aux parties directement concernées.

Exposé (ou Briefing) : présentation de rapports réguliers par un membre du secrétariat (Secrétaire général, secrétaires généraux adjoints, représentants spéciaux ou envoyés spéciaux) devant le Conseil de sécurité.

Consultations : réunions informelles entre les représentants permanents des Etats membres du Conseil de sécurité sur des sujets inscrits à l’ordre du jour. Elles sont à huis-clos, se déroulent dans une salle annexe et ne font pas l’objet d’un procès-verbal.



Droit de réponse : Le règlement intérieur de nombreuses conférences prévoit qu’une délégation qui le demande doit avoir la possibilité de prononcer une courte déclaration pour répondre à une déclaration prononcée par une autre délégation si elle estime que son propre point de vue a été mal interprété ou déformé. Également utilisé par les délégations pour répondre à des commentaires qu’elles considèrent offensants.


Droit de veto : le droit de veto donne la possibilité à chacun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) de s’opposer à une résolution. Peu importe le nombre de vote en faveur, un veto suffit pour que le projet de résolution soit abandonné. Dans la pratique, et malgré la Charte des Nations Unies qui requiert un vote positif des cinq membres permanents pour qu’une résolution soit adoptée, l’abstention d’un membre permanent n’empêche pas l’adoption.

JPEG - 28.9 ko
La Chine et la Russie opposent leur véto au projet de résolution sur la Syrie - 4 octobre 2011- UN Photo/Paulo Filgueiras


Conseil de sécurité : comment s’exprime le Conseil

La Charte ne parle que de " décisions ". Dans la pratique, résolutions et PRST sont des " décisions ".

Résolution : Ces textes ont une valeur juridique contraignante pour tous les membres des Nations Unies. Pour être adoptée, une résolution doit être approuvée par au moins neuf membres du Conseil sans veto d’un des cinq membres permanents.

PRST (abréviation anglaise de " presidential statement "). La déclaration présidentielle (officiellement " déclaration du Président du Conseil de sécurité ") est un texte officiel, qui a également valeur de décision du Conseil de sécurité et qui est lu en chambre par son président. Comme la résolution, elle a une cote et est traduite dans les langues officielles du Conseil. Au contraire de la résolution, elle ne fait pas l’objet d’un vote. Le consensus (voir ce mot) est donc requis.

Déclaration à la presse : il s’agit d’un texte adopté par les membres du Conseil de sécurité pour présenter la position du Conseil sur le sujet à l’ordre du jour de la réunion. Le texte est lu à la sortie du Conseil, au " stakeout " (voir ce mot), par le président du Conseil. C’est un document officiel du Conseil de sécurité et en tant que tel dispose d’une cote.

Eléments pour la presse : c’est l’expression publique minimale du Conseil de sécurité. Les éléments agréés ne sont pas nécessairement rédigés. Les membres du Conseil de sécurité se mettent d’accord sur les principales idées fortes qu’ils souhaitent faire passer, et chargent le président du Conseil de sécurité de les exprimer devant la presse à la sortie de la réunion.



Espace humanitaire : plus qu’une zone physique, c’est espace symbolique dans lequel les agences humanitaires peuvent opérer librement et en relative sécurité, indépendamment d’agendas politiques, militaires ou parfois économiques. C’est donc un espace de négociations et de compromis entre les agences humanitaires et les pouvoirs en place (Etat, gouvernement local, forces non étatiques). Il rend possible l’évaluation libre des besoins, l’accès humanitaire aux populations vulnérables et la liberté de vérifier la distribution des secours.

Expert : diplomate d’une mission permanente, en général de niveau premier secrétaire, chargé d’un dossier. La Mission permanente de la France compte une trentaine d’experts (3 en charge des dossiers africains, 3 en charge des droits de l’Homme etc.). Une réunion d’experts est une réunion des diplomates de plusieurs missions en charge du même dossier.

Explication de vote (EOV) ; explication de position : Chaque fois qu’un texte est adopté à l’Assemblée générale ou au Conseil de sécurité, les Etats-membres ont la possibilité d’expliciter leur position nationale et les raisons de leur vote soit avant (explication de position) soit après (explication de vote) celui-ci. Ces déclarations ont avant tout un but politique et peuvent avoir pour but de rappeler un élément essentiel de la négociation ou un aspect que l’Etat membre estime mal reflété dans le texte de compromis.

Facilitateur :  : A l’ONU, diplomate qui s’est porté volontaire pour conduire les négociations officieuses sur un texte et contribuer à l’obtention d’un consensus. En cas de blocage, il propose, le cas échéant, un texte de compromis. Pour garantir l’impartialité, deux facilitateurs sont souvent désignés, l’un venant d’un pays occidental, l’autre du Sud (du G77, voir ce mot) : on les appelle des co-facilitateurs.

GIEC : Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), créé en 1988 par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), est une organisation intergouvernementale dont l’objectif est d’évaluer de manière objective les changements ainsi que les risques liés aux changements climatiques d’origine humaine et proposer des solutions. Le GIEC éclaire par ses analyses scientifiques (rapport d’évaluation et documents techniques) les négociations engagées dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le GIEC compte près de 3000 scientifiques et économistes. Son prochain (5ème) "rapport d’évaluation" (5th Assessment Report) paraîtra en 2014.

JPEG - 73.3 ko
Réunion de haut niveau sur le changement climatique- Assemblée générale - 24 septembre 2007 - UN Photo/Marco Castro


Groupes régionaux : Les Etats membres des Nations Unies sont répartis en cinq groupes régionaux : Afrique, Amérique Latine et des Caraïbes (GRULAC), Asie, Europe Centrale et de l’Est (CEE) et Europe occidentale et autres Etats (WEOG). Ces groupes permettent le roulement ou la répartition équitable des postes (pour le président de l’Assemblée générale par exemple) et des sièges (pour les membres non-permanents du Conseil de sécurité par exemple). Ces groupes ne reflètent pas une réalité géopolitique. Par exemple, les membres de l’Union européenne sont éparpillés dans trois groupes régionaux (WEOG, CEE et Asie pour Chypre).

G77 : Le Groupe des 77 aux Nations Unies est une coalition de pays émergents et en développement, fondée en 1964 par 77 pays pour promouvoir les intérêts économiques collectifs de ses membres et augmenter leur capacité de négociation aux Nations Unies. Le Groupe a grandi et compte 132 Etats membres. La Chine est souvent associée au groupe : lorsqu’il s’exprime, le représentant du G77 parle " au nom du G77 et de la Chine ".

G193 : Le G193 désigne informellement l’ensemble des pays membres des Nations Unies, ou plus spécifiquement l’Assemblée générale, par comparaison avec le G20 en particulier. Cette désignation vise à rappeler que les Nations Unies tirent leur légitimité du fait qu’elles représentent l’ensemble de la communauté internationale. L’appellation G173 est parfois également utilisée pour désigner tous les Etats non membres du G20.

Langues officielles et langues de travail : L’ONU reconnait 6 langues officielles : anglais, arabe, chinois (mandarin), espagnol, français et russe. Chaque représentant d’un pays peut s’exprimer dans l’une de ces six langues ; son intervention sera retraduite dans les 5 autres langues. Il est possible de s’exprimer dans une autre langue à la condition de fournir un interprète qui traduira dans l’une des six langues officielles et qui deviendra relais pour les cinq autres. Les documents officiels doivent être disponibles dans les six langues officielles. Les langues de travail utilisées par le Secrétariat des Nations Unies sont l’anglais et le français.

Meditation Room : voir Quiet Room.

Mettre en bleu : au Conseil de sécurité, lorsque qu’un Etat demande à mettre un projet de texte en bleu, cela lui permet de signifier sa volonté de passer au vote. Le texte est alors imprimé à l’encre bleue et officiellement diffusé par le Secrétariat aux membres du Conseil de sécurité. En général, un texte est mis en bleu 24 heures avant le vote.

Motion de non-action : à l’Assemblée générale, procédure qui permet d’interrompre les débats entre les Etats membres sur un projet de résolution. La motion est soumise au vote et requiert la majorité des suffrages exprimés.

NAM : le mouvement des non-alignés (Non-Aligned Movement ou NAM en anglais) a été créé en en 1956. Il rassemblait les pays qui revendiquent n’être alignés ni avec ni contre aucune grande puissance. Le mouvement a survécu à la Guerre froide et compte 118 Etats membres. Ces pays négocient en tant que groupe les questions relatives au désarmement.

Observateur permanent : il s’agit d’entités qui n’ont pas le statut de membre des Nations Unies et n’ont pas le droit de vote. L’ONU en compte actuellement 80. Trois observateurs, le Saint-Siège, la Palestine ("Etats non-membres"), et l’Union européenne ("organisation intergouvernementale ") disposent de droits spécifiques leur permettant de participer activement aux débats.

Ordre de passage au Conseil de sécurité : l’ordre de passage au Conseil de sécurité est en premier lieu déterminé par le rang des intervenants. Les chefs d’Etat et de gouvernement s’expriment avant les ministres, qui eux-mêmes s’expriment avant les représentants permanents. Ensuite la règle du premier arrivé, premier servi, s’applique : chaque Etat demande à être inscrit sur la liste des intervenants. Le président du Conseil de sécurité (rotation mensuelle) intervient en principe en dernier, quel que soit son rang (il arrive souvent cependant que lorsqu’un ministre ou chef d’Etat préside le Conseil, il s’arroge le droit de prendre la parole en premier).

P5 : le P5 désigne les 5 membres permanents du Conseil de sécurité : la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie. On parle d’une " réunion en P5 " (format fréquent pour la négociation d’un projet résolution en amont de la diffusion du texte à tous les membres du Conseil de sécurité). Le P3 désigne les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. On parle parfois des E10 ("Elected ten") pour désigner les 10 membres non-permanents.

Pen holder : on désigne par ce terme la délégation qui écrit la première version d’un projet de texte. Par exemple, la France tient traditionnellement la plume sur les textes du Conseil de sécurité relatifs à la Côte d’Ivoire.

PGA : Président de l’Assemblée générale (c’est l’acronyme anglais qui est utilisé). Il élu par les membres de l’Assemblée pour un mandat d’un an non renouvelable. Les cinq groupes régionaux désignent à tour de rôle un candidat pour cette fonction.

JPEG - 61.5 ko
M. Vuk Jeremić (Serbie), président de la 67ème session de l’Assemblée générale - New York - 25 septembre 2012 - UN Photo/Marco Castro


Président du Conseil de sécurité : à tour de rôle, dans l’ordre alphabétique anglais des noms des Etats membres, chaque Etat siégeant au Conseil de sécurité en exerce pour un mois la présidence.

QCPR (quadrennial comprehensive policy review) - Examen quadriennal complet des activités opérationnelles de développement : mécanisme par lequel l’Assemblée générale évalue l’efficacité, l’efficience, la cohérence et l’impact des activités de développement des Nations unies et établit des orientations politiques et les modalités d’intervention dans les pays bénéficiaires, afin de répondre aux évolutions de l’environnement du développement international.


Quiet Room : Située à côté de la salle principale du Conseil de sécurité et de la salle des consultations du Conseil, cette pièce constitue l’antichambre du Conseil accessible aux délégués des Etats non membres du Conseil, mais non à la presse. Elle constitue en fait un lieu de passage important et est parfois bruyante en opposition avec son appellation. Cette pièce ne doit pas être confondue avec la pièce de méditation (Meditation Room), une petite pièce calme à côté de l’Assemblée générale et d’un vitrail de Marc Chagall, ouverte au public, dédiée à la paix mondiale pour les peuples de toutes confessions et religions et également appelée par son créateur, l’ancien Secrétaire général Dag Hammarskjöld, ’Room of Quiet’.

Représentant permanent : le représentant permanent dirige la mission permanente. Il a rang d’ambassadeur. Le représentant permanent adjoint (RPA ou DPR en anglais) est le numéro 2 de la mission. (Ne pas confondre l’ambassadeur, représentant permanent de la France à l’ONU et l’ambassadeur de France à Washington.)

Salon indonésien : salon qui se situe à côté de l’Assemblée générale, prisé par les diplomates pour son côté calme et feutré, souvent utilisé pour des entretiens. Le salon tire son nom des deux sculptures balinaises offertes par l’Indonésie et représentant la paix et la prospérité.

JPEG - 35.3 ko
Le salon indonésien - Photo / France onu - Juliette Charvet


Semaine ministérielle : il s’agit de la semaine la plus chargée et la plus " people " de l’année aux Nations Unies. La plupart des chefs d’Etat et de gouvernement se rendent à New York lors de la troisième semaine de septembre pour l’ouverture de la nouvelle session de l’Assemblée générale (on devrait plutôt l’appeler "semaine des chefs d’Etat", mais c’est cette appellation qui prévaut). De nombreux événements parallèles sont également organisés, ainsi que des sommets en amont. En septembre 2010, un sommet sur les Objectifs du millénaire pour le développement s’est tenu juste avant l’ouverture de la session.

Stakeout : prise de parole devant les journalistes, à la sortie du Conseil de sécurité ou d’une salle de réunion (ex : " l’ambassadeur fait un stakeout "). Le terme désigne aussi le lieu de cette prise de parole (ex : " l’ambassadeur est au stakeout "). Si un ambassadeur intervient devant les journalistes avant d’entrer au Conseil de sécurité, on dit qu’il fait un " stakein ".

JPEG - 49.1 ko
M. Gérard Araud, représentant permanent de la France et président du Conseil de sécurité pour le mois de mai, rencontre la presse à la suite de consultations du Conseil de sécurité sur la situation humanitaire en Libye - 9 mai 2011 - UN Photo/Mark Garten


Turtle Bay : nom du quartier de Manhattan, au bord de la East River entre la 40 et la 50ème rue environ. C’est là que se trouve le siège de l’ONU à New York. Ce terme désigne par métonymie le monde dans lequel évoluent les diplomates et le personnel des Nations Unies.

Unanimité : voir consensus.

UNCA (United Nations Correspondents Association) ou Association des correspondants des Nations Unies : organisation professionnelle de journalistes du monde entier accrédités à l’ONU. L’association représente les intérêts du corps de presse auprès du Secrétariat de l’ONU.

JPEG - 18.7 ko
Le Secrétaire général répond à la presse - UNCA Photo


(Novembre 2012)



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU