Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

11 février 2011 - Côte d’Ivoire - Dégradation de la liberté d’expression - Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires Etrangères et européennes

La France déplore la dégradation de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en Côte d’Ivoire. Elle condamne en particulier les annonces faites par le camp de M. Laurent Gbagbo visant à limiter la liberté d’expression, à renforcer le contrôle sur la presse et à interdire toute expression pluraliste qui ne lui soit pas favorable.

Elle rappelle que, en vertu de la résolution 1962 (2010) du Conseil de Sécurité des Nations Unies, toutes les parties ivoiriennes doivent "donner un accès équitable aux médias, notamment aux médias publics, et s’abstenir de les utiliser pour inciter la population à la haine, à l’intolérance et à la violence". Ces demandes ont été réitérées solennellement par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies réuni en session spéciale le 23 décembre 2010.

La France condamne ainsi avec la plus grande fermeté la décision du Conseil national ivoirien de la communication audiovisuelle (CNCA) de retirer les fréquences d’émission dont dispose l’ONUCI, la force des Nations Unies en Côte d’Ivoire, qui vise à l’empêcher de poursuivre ses émissions. C’est une nouvelle entrave des partisans de M. Gbagbo à l’accomplissement du mandat de l’ONUCI. La radio de l’ONUCI joue un rôle important dans la diffusion d’informations objectives et contribue à l’apaisement de la situation.

La France réitère également son appel à proscrire les appels à la haine sur certains médias, en particulier la radio-télévision ivoirienne (RTI). Elle dénonce les actes d’intimidation et les menaces à l’encontre des journalistes.

La France rappelle que les personnes qui menacent le processus de paix, font obstacle au travail de l’ONUCI et des autres acteurs internationaux ou commettent de graves violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire tombent sous le coup des mesures, y compris des sanctions ciblées, prévues par la résolution 1946 (2010) du Conseil de sécurité des Nations unies. Le Conseil de Sécurité examine avec attention toute entrave, menace ou violence à l’encontre de l’ONUCI.

La France souhaite la pleine mise en œuvre de la résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies réuni en session spéciale le 23 décembre 2010, qui appelle à la cessation immédiate des multiples violations des droits de l’Homme et des atteintes aux libertés fondamentales et dénonce les entraves au travail de l’ONUCI.




Pour en savoir plus, consulter notre fiche Côte d’Ivoire



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU