Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

31 mars 2010 - Haïti - Bilan de la Conférence internationale des donateurs

La conférence internationale des donateurs pour Haïti, qui s’est déroulée à New York le 31 mars, a tout d’abord été un succès financier : avec plus de 5 milliards de dollars à court terme (jusqu’à fin 2011) et 9,9 milliards de dollars à moyen terme, les montants annoncés par la communauté internationale se sont révélés au-dessus des besoins exprimés par les autorités haïtiennes (3,9 Mds $ à moyen terme).

Cette conférence a également été un succès politique, au regard de la qualité de la coordination instaurée entre les bailleurs, mais aussi à travers l’organisation, conformément à la méthodologie proposée par la France, de cinq réunions de consultation préparatoires respectivement avec les acteurs clés des ONG, des diasporas, des populations haïtiennes, du secteur privé ainsi que des collectivités locales - ces dernières ayant été appelé à contribuer à la vision d’un développement géographique et économique plus équilibré de Haïti, à l’occasion de la conférence tenue le 23 mars à Fort-de-France en Martinique et spécifiquement organisée par la France.

Le gouvernement haïtien a présenté la version finale de son plan d’action national pour le relèvement du pays. Au-delà des axes déjà identifiés (infrastructures, services de santé, agriculture...), la conférence de New York se distingue par l’accent mis par les autorités haïtiennes sur le chantier de l’éducation, désormais présenté comme une priorité absolue dans le processus de reconstruction ; les autorités haïtiennes se sont engagées à lancer un vrai processus de décentralisation politique, institutionnelle et économique.

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Bernard Kouchner, a rappelé le montant de la contribution française pour Haïti, de l’ordre de 180 millions d’euros sur 2010-2011, auxquels il convient d’ajouter 40 M€ de biens cédés et l’annulation de la dette bilatérale de 56 M€ de Haïti. La France a en outre été force de proposition pour inciter au développement d’un dispositif d’assurance-maladie en Haïti. Cette idée nouvelle, rajoutée dans le communiqué final de la conférence, vient ainsi enrichir très concrètement l’offre française, déjà caractérisée par son appui aux capacités institutionnelles et administratives de l’Etat haïtien (notamment à travers une aide au développement du cadastre), mais aussi à l’éducation ou la culture.

De manière plus générale, la France aura joué un rôle actif lors de la conférence, non seulement en sa qualité de co-présidente, mais aussi à travers la présidence de la session des engagements financiers.

Tout l’enjeu réside désormais dans l’effectivité des aides annoncées, à travers un suivi régulier des montants alloués et du degré d’avancement des multiples projets et réformes annoncés. La France sera particulièrement vigilante sur ce point. Un suivi semestriel sera, comme nous l’avons proposé, exercé par les capitales.




Voir aussi :

- l’intervention de M. Bernard Kouchner
- notre fiche sur Haïti
- notre dossier spécial sur la Conférence internationale des villes et régions du monde pour la reconstruction d’Haïti, tenue à Fort de France les 23 et 24 mars 2010



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU