Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Iran - Publication du rapport de l’AIEA - Déclaration d’Alain Juppé

Paris, le 8 novembre 2011


Le rapport sans précédent que vient de publier l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) renforce la profonde préoccupation de la France à l’égard du programme nucléaire iranien.

Dans ce rapport, l’AIEA fait état de ses « graves inquiétudes » et détaille des activités iraniennes « spécifiquement liées à l’arme nucléaire ».

L’Agence rapporte les activités menées par l’Iran dans tous les secteurs nécessaires pour mettre au point une arme nucléaire : travail sur des composants en uranium métal, les explosifs, les expériences hydrodynamiques, les codes de calcul, l’initiation neutronique, les préparatifs d’essai nucléaire, l’intégration dans un missile. Elle rappelle que l’Iran a développé son programme nucléaire dans des conditions de clandestinité, comme l’avait encore rappelé la découverte par la communauté internationale du site de Qom en 2009.

Le rapport montre que l’Iran n’a jamais réellement coopéré pour répondre aux doutes de l’Agence sur ses activités dans des domaines hautement sensibles, et a rompu tout dialogue en 2008 avec l’Agence sur ces questions.

Par ailleurs, l’Agence rappelle que l’Iran continue ses programmes sensibles à Natanz, Qom et Arak, avec en particulier l’installation de centrifugeuses à Qom cet été et l’annonce du triplement des capacités d’enrichissement à 20%. Toutes ces activités sont en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et du Conseil des gouverneurs de l’AIEA. Elles n’ont aucun débouché civil crédible.

Les éléments du rapport de l’AIEA sur les activités de militarisation, conjugués avec l’accumulation d’uranium enrichi et la poursuite intensive d’essais balistiques, forment un tableau d’ensemble qui laisse peu de place au doute sur les intentions iraniennes.

Tout cela signifie que l’Iran a cherché, et continue très vraisemblablement à chercher à se doter de l’arme atomique, sous couvert d’un programme prétendument civil et pacifique.

Il appartient aux Etats membres de l’AIEA, aux Etats parties au TNP et au-delà à toute la communauté internationale, de réagir à la gravité des faits rapportés par l’Agence. Le Conseil des gouverneurs, qui se réunira la semaine prochaine, doit adopter une résolution très ferme enjoignant l’Iran de faire enfin, dans les plus brefs délais, toute la lumière sur ses activités, passées et présentes, relatives à un programme militaire, en laissant les inspecteurs de l’AIEA travailler sans restriction. L’Iran doit se mettre en conformité avec les résolutions du Conseil de sécurité et du Conseil des gouverneurs.

La France considère qu’il faut franchir un palier dans le renforcement de la pression diplomatique sur l’Iran. Si l’Iran refuse de se conformer aux demandes de la communauté internationale et refuse toute coopération sérieuse, nous nous tenons prêts à adopter, avec tous les pays qui suivront, des sanctions d’une ampleur sans précédent.

En savoir plus sur le programme nucléaire iranien.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU