Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Mali - Signature d’un accord-cadre de sortie de crise

Déclaration d’Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes



Paris, le 7 avril 2012


La France salue la signature de l’accord-cadre de sortie de crise intervenue vendredi soir à Bamako entre le CNRDE (Comité national pour le redressement et la démocratie) et la médiation de la CEDEAO (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest).

Cet accord permet le retour à l’ordre constitutionnel au Mali.

La France félicite tous les chefs d’Etats de la CEDEAO et en particulier son président, le président de la Côte d’Ivoire, M. Alassane Ouattara, et le médiateur, le président du Burkina-Faso, M. Blaise Compaoré, ainsi que son représentant, le ministre des Affaires étrangères du Burkina-Faso, M. Djibril Bassolé, pour le travail accompli et se réjouit que l’esprit de responsabilité ait finalement prévalu au sein de toutes les parties en présence.

Elle invite tous les acteurs maliens à mettre en œuvre sans délai les dispositions prévues par l’accord, notamment celles destinées à permettre la tenue des élections présidentielles dans le meilleur calendrier possible.

Le ministre chargé de la Coopération, M. Henri de Raincourt, appellera ce jour les présidents de la Côte d’Ivoire et du Burkina-Faso pour faire le point de la situation et échanger sur les prochaines étapes.

Dès l’installation des autorités constitutionnelles, la France reprendra sa coopération bilatérale civile et militaire au profit du Mali. Le futur gouvernement d’union nationale malien pourra compter sur elle pour travailler au renforcement de l’Etat malien et à la recherche d’une solution politique aux difficultés du Nord-Mali.

A cet égard, la France rappelle son attachement à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali. Le rétablissement de l’ordre constitutionnel crée les conditions pour avancer vers la recherche d’une solution politique concernant le Nord.

La France réitère son appel au MNLA à renoncer à sa déclaration unilatérale d’indépendance et à inscrire son action dans le cadre d’un dialogue politique respectueux de l’ordre constitutionnel malien et de l’unité du pays.

Elle soutient, dans ce but, les efforts conduits par la CEDEAO, en particulier ce qui concerne la préparation d’un déploiement de la force régionale en attente pour laquelle elle est prête à fournir une aide logistique.

La France dénonce les crimes commis par les milices liées à AQMI et Ansar Eddine. C’est ensemble et avec le concours des pays voisins que les Maliens doivent lutter contre ce fléau. La France, avec la communauté internationale, se tient au côté du Mali et des Etats de la région dans la lutte contre le terrorisme.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU