Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Syrie - Extrait du point de presse

Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes
Paris, le 3 avril 2012


Q - Que pensez-vous après l’intervention de Kofi Annan hier à New York ?

R - L’Envoyé spécial a informé le Conseil de sécurité que les autorités syriennes avaient pris l’engagement d’avoir cessé les violences d’ici le 10 avril prochain. Le mouvement doit commencer dès maintenant.

Il y a une date butoir qui est le 10 avril. Dès maintenant, Bachar Al Assad doit mettre en œuvre les 3 mesures d’application immédiate auxquelles il s’est engagé : "mettre immédiatement fin aux mouvements de troupes en direction des agglomérations, cesser d’utiliser des armes lourdes en ces lieux et commencer à retirer les troupes concentrées dans les agglomérations et aux alentours."

Nous ne pouvons tolérer que les violences se perpétuent. Cette date devra être impérativement tenue par les autorités syriennes sous peine de constituer une violation des exigences posées par le Conseil de sécurité dans sa déclaration présidentielle du 21 mars dernier.

Q - Que se passera-t-il si le régime de Damas ne coopère pas avec Kofi Annan ?

R - Si le régime de Bachar Al Assad ne coopère pas avec M. Kofi Annan, vous vous rendez compte de la gravité de la situation à l’égard de l’Envoyé spécial mandaté par le Secrétaire général des Nations unies et par la Ligue arabe, à la demande et avec le soutien de l’Assemblée générale, du Conseil de sécurité et des Amis du peuple syrien.

Si le régime continue ses dérobades et ses massacres, il bafouerait, insulterait la communauté internationale toute entière.

Il faudrait que toutes les conséquences en soient tirées.

Q - que pensez-vous de la visite de M. Kellenberger en Syrie ?

La France soutient les efforts du CICR qui à travers la mission de son chef, M. Jakob Kellenberger en Syrie, œuvre pour garantir un accès libre et sans entraves aux victimes de la répression dans le respect de ses principes d’indépendance et de neutralité.

La situation humanitaire en Syrie est extrêmement préoccupante. Depuis le début de la répression du mouvement de contestation dans ce pays, plus de 10 000 personnes ont péri et 75000 ont été blessées. 65 000 personnes ont disparu et plus de 210 000 ont été emprisonnées.

La situation est tragique.

Après la récente mission de Valérie Amos à Homs du 07 au 09 mars, cette nouvelle visite souligne l’urgence de la mise en place d’un accès humanitaire en Syrie afin d’aider la population civile. Il est dans ce contexte urgent que les autorités syriennes mettent en œuvre le plan de Kofi Annan, qu’elles prétendent avoir accepté et dont l’un des six points prévoit la garantie d’un accès humanitaire aux populations civiles.




En savoir plus sur la Syrie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU