Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

TNP Conférence d’examen : 28 mai, adoption d’un document final



La Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) s’est tenue du 3 au 28 mai 2010 à New York.

Elle s’est conclue par l’adoption d’un document final avec des plans d’action couvrant les trois piliers du TNP, désarmement, non-prolifération, accès aux usages civils de l’énergie nucléaire, ainsi que l’organisation d’une conférence régionale en 2012 sur la création au Proche-Orient d’une zone exempte d’armes de destructions massives.

La France s’est pleinement mobilisée pour contribuer au succès de cet événement.


Le négociateur pour la France, l’ambassadeur Eric Danon, représentant permanent de la France à la conférence du désarmement, a fait la déclaration suivante en séance plénière à la suite de l’adoption du texte le 28 mai :

"Mon pays se félicite de l’adoption, par notre conférence d’examen d’un document final comportant une feuille de route ambitieuse, apte à relancer la dynamique de ce Traité essentiel qu’est le TNP. Ma délégation souhaite vous féliciter et vous remercier, M. le Président, ainsi que toute votre équipe et les présidents des commissions et des organes subsidiaires, pour vos efforts sans relâche, qui ont permis ce succès. Je voudrais aussi m’adresser à mes collègues ici présents, qui ont œuvré à ce que, dans les dernières heures, le document final ne soit pas réouvert. Je sais et apprécie pleinement les efforts qu’ils ont déployés en ce sens.

Monsieur le Président, notre succès est collectif. C’est un grand résultat pour nos efforts de non-prolifération, de désarmement, de développement du nucléaire civil, et pour notre sécurité collective. C’est un témoignage de l’attachement de la communauté internationale au Traité.

Avec les plans d’action que nous avons agréés, nous disposons d’une approche ambitieuse, concrète, et équilibrée, pour les prochaines années. Bien sûr, sur certains points, nous aurions souhaité aller plus loin, par exemple dans la nécessaire réponse que nous devons apporter aux crises de prolifération iranienne et nord-coréenne.

Mais le plus important est que, par cet accord, nous venons d’affirmer une volonté politique forte de la communauté internationale, celle de rechercher un monde plus sûr.

Comme ma délégation l’a souligné lors de la conférence, les mots ne suffisent pas. Maintenant, c’est à nous tous d’agir. En répondant fermement aux crises de prolifération et en soutenant l’action de l’AIEA et du Conseil de sécurité pour lutter contre la prolifération ; en poursuivant nos efforts concrets de désarmement nucléaire, mais aussi, comme nous y invite le Traité, en nous mobilisant tous dans tous les autres domaines du désarmement ; en coopérant pour le développement responsable de l’énergie nucléaire civile. Nous souhaitons aussi vivement que se réalise ce projet de conférence sur le Moyen-Orient, qui représenterait une avancée dans la mise en œuvre de la résolution de 1995. Avec ses partenaires de l’Union européenne, la France est prête à travailler activement dans tous ces domaines, avec vous tous, dans les mois et les années à venir."


Le 29 mai, au lendemain de la fin de la conférence d’examen, M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères a fait la déclaration suivante :

" Les travaux de la conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) viennent de s’achever à New York.

La France se félicite de l’adoption, par la conférence, d’un document final comportant une feuille de route ambitieuse, apte à relancer la dynamique de ce Traité essentiel qu’est le TNP.

C’est en effet un résultat appréciable pour nos efforts de non-prolifération, de désarmement, et de développement du nucléaire civil. C’est un résultat positif pour notre sécurité collective. C’est un témoignage de l’attachement de la communauté internationale au Traité.

Les plans d’action agréés permettent aux Etats parties au TNP de disposer d’une approche ambitieuse, concrète, et équilibrée, pour les prochaines années. Les textes auraient certes pu, selon nous, être plus incisifs sur les crises de prolifération, en particulier la crise iranienne qui est au cœur des préoccupations de la communauté internationale. Ils sont cependant le résultat d’un compromis entre les positions des délégations, et représentent globalement un résultat positif, y compris sur la perspective d’une conférence sur le Moyen-Orient, qui permet d’affirmer une volonté politique forte de la communauté internationale, celle de rechercher un monde plus sûr.

Il faut maintenant agir. En répondant fermement aux crises de prolifération, et en soutenant l’action de l’AIEA et du Conseil de sécurité pour lutter contre la prolifération ; en poursuivant les efforts concrets de désarmement nucléaire, mais aussi, comme nous y invite le Traité, dans tous les autres domaines du désarmement ; en coopérant pour le développement responsable de l’énergie nucléaire civile.

Avec ses partenaires de l’Union européenne, la France continuera à travailler activement dans tous ces domaines dans les mois et les années à venir."


En savoir plus :

- sur notre site Franceonu

- sur le site dédié France TNP 2010



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU