Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Chronologie complète


- Le 23 octobre 2009, lors du débat semestriel du Conseil de sécurité sur le Timor oriental, le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission intégrée des Nations Unies au Timor oriental (MINUT), M. Atul Khare a réaffirmé la nécessité d’une présence de la MINUT jusqu’à l’horizon 2012 et a souligné les progrès significatifs accomplis : retour des déplacés dans leur foyer, succès des élections locales, respect de l’Etat de droit et transfert progressif des compétences de maintien de l’ordre à la police timoraise. Le Vice-Premier ministre timorais, M. Gutteres a déclaré que son pays " aurait besoin de l’ONU jusqu’en 2012 ".

Le représentant de la France a rappelé la satisfaction de la France " que l’action de la MINUT s’inscrive dans une stratégie de moyen terme, visant à l’appropriation progressive par les Timorais des tâches assumées aujourd’hui par l’ONU."

-  Le 23 février 2010, le Conseil de sécurité s’est réuni pour un débat public sur le Timor oriental en présence du vice-Premier ministre timorais M. Jose Luis Gutteres et de la représentante spéciale du Secrétaire général Mme Ameera Haq. M. Gutteres a rappelé le consensus au Timor autour du maintien de la MINUT jusqu’en 2012 et souhaité que les forces de sécurité internationales puissent quitter le pays à cette date.

Le représentant permanent de la France a marqué qu’au cours de l’année écoulée, la situation générale du Timor oriental avait continué de s’améliorer. Il a indiqué que la France partageait le souci exprimé par le gouvernement timorais d’un transfert rapide des tâches de maintien de l’ordre de la MINUT à la police timoraise, qui permettra une réduction progressive des effectifs de la MINUT. Il a encouragé la représentante spéciale à rester activement engagée sur la question de l’impunité pour les crimes commis dans le passé, condition d’une réconciliation durable.

- Le 26 février 2010, le mandat de la MINUT a été renouvelé pour un an par la résolution 1912 adoptée à l’unanimité. Le plafond d’effectifs - 1608 policiers - reste inchangé, le Conseil endossant cependant les plans du Secrétaire général pour une réduction progressive des effectifs au fur et à mesure des compétences de maintien de l’ordre à la police timoraise.

- Le Conseil de sécurité s’est réuni le 19 octobre 2010 pour un débat public sur le Timor oriental en présence de la représentante spéciale du Secrétaire général et chef de la Mission intégrée des Nations Unies dans ce pays (MINUT) Mme Ameera Haq. Mme Haq a déclaré que la situation générale à Timor-Leste était demeurée stable durant les neuf derniers mois, ce qui a permis aux institutions nationales de se concentrer sur les défis auxquels le pays devra répondre à long terme, en particulier le développement économique et social du pays.

Le représentant permanent adjoint de la France a notamment estimé que le transfert contrôlé des responsabilités de maintien de l’ordre à la Police nationale de Timor-Leste (PNTL) était encourageant. Relevant le dynamisme économique du pays, il a souligné que la stabilité politique et sécuritaire que connaissait le Timor-Leste était due à l’attitude responsable des autorités élues et des responsables de l’opposition.

Insistant sur la nécessaire confiance que les citoyens timorais devaient avoir en leur justice et la lutte contre l’impunité, le représentant français a néanmoins relevé que le rapport du Secrétaire Général soulignait le caractère limité des progrès accomplis dans les suites judiciaires données aux incidents de 2006.

Le déplacement d’une délégation du Conseil de sécurité au Timor-Leste en novembre 2010 permettrait d’obtenir des informations de première main et d’exprimer l’engagement des Nations Unies en faveur du pays.

- Le 22 février 2011, le Conseil de sécurité s’est réuni pour un débat public sur le Timor oriental en présence de Mme Ameera Haq, représentante spéciale du Secrétaire général et chef de la Mission intégrée des Nations Unies dans ce pays (MINUT) ainsi que de M. Gusmao, Premier Ministre du Timor oriental.

Dans son intervention, le représentant permanent adjoint de la France a salué les progrès enregistrés sur les plans économiques et sociaux du Timor oriental et a rappelé l’importance pour l’Etat timorais de continuer à combattre l’impunité, à travers notamment l’assurance de l’intégrité des officiers de police. La MINUT doit se préparer à quitter dans les meilleures conditions le Timor oriental à l’issue des élections 2012.

Des officiers français de la police nationale entraînant les forces de sécurité locales - Timor oriental, décembre 2008 - UN Photo/ Martine Perret


- Le 24 février 2011, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1969 renouvelant le mandat de la MINUT pour un an.

- Le 22 novembre 2011, le Conseil de sécurité s’est réuni pour écouter le rapport d’Ameerah Haq, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Timor oriental, en présence de Monsieur Zacarias da Costa, ministre des Affaires étrangères timorais.

Madame Haq a fait état de progrès considérables marqués par une situation sécuritaire calme. La Police nationale avait repris ses responsabilités, et les instances de gestion électorale avaient renforcé leurs capacités en vue de l’élection de 2012. Des efforts restaient cependant à faire en matière de renforcement des institutions, de coordination logistique des forces de police et de relance économique.

Dans son intervention, le représentant de la France a salué la réussite du transfert des compétences exécutives de la MINUT vers la Police nationale, tout en maintenant un faible taux de criminalité. Les effectifs de la MINUT devaient alors être réduits de manière responsable, et ses tâches reconfigurées. La situation au Timor oriental laissait entrevoir un processus électoral satisfaisant.

- Le 22 février 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni en présence du Président du Timor oriental, Monsieur José Ramos-Horta, pour recevoir le rapport sur la situation dans le pays de Mme Ameerah Haq, Représentante spéciale du Secrétaire général au Timor oriental. Des progrès notables avaient été réalisés pour assurer le transfert de responsabilités aux autorités nationales. La situation dans le pays permettait d’envisager des élections présidentielle et parlementaires transparentes et pacifiques. Les domaines de la justice, de la gouvernance, des droits de l’Homme ainsi que les capacités civiles de la Police nationale devaient encore être consolidés dans la perspective du départ de la MINUT du Timor Est.

Le représentant de la France a salué le succès de la MINUT dans son accompagnement du pays vers la paix et la stabilité. Les semaines qui suivraient les élections devaient être l’occasion de définir le type de présence que les Nations unies maintiendraient sur place après le départ de la mission.

Au lendemain de la présentation de ce rapport, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2037 prolongeant une dernière fois le mandat de la MINUT jusqu’au 31 décembre 2012.

- Le 12 novembre 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni en présence du Représentant permanent du Timor oriental pour écouter Mr. Finn Reske-Nielsen, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies, rendre compte des progrès effectués par le pays. Au vu de la stabilisation de la situation sécuritaire et des avancées démocratiques, les effectifs de la MINUT seraient progressivement réduits jusqu’à la fin de son mandat le 31 décembre 2012, comme prévu par la résolution 2037.

Le représentant de la France a félicité les autorités timoraises pour l’organisation d’élections législatives et présidentielles libres et démocratiques. Les défis que le Timor oriental devait encore affronter le seraient désormais avec l’aide de la communauté internationale et non plus dans le cadre d’une opération de maintien de la paix de l’ONU, conformément au souhait du Premier Ministre timorais, Mr. Gusmao

- Le 19 décembre 2012, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité une déclaration présidentielle saluant le travail accompli par la MINUT, dont le mandat s’achevait le 31 décembre 2012, ainsi que les progrès vers la démocratie effectués par le Timor oriental.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU